Sapeurs congolais : l’élégance iconoclaste au service d’une pensée subversive

Connaissez-vous ces dandies noirs aux couleurs éclatantes et à la gestuelle exagérée? Sans nul doute, ce sont les sapeurs congolais ! En effet, ces êtres truculents ne passent pas inaperçus, d’autant plus que la sape a été popularisée. De Bacongo à Paris, en passant par Bruxelles, la sape congolaise est une mode en expansion. Cependant, elle demeure peu connue.

solange-knowles-clip-losing-you
Clip « Losing you » de Solange Knowles 

La SAPE est la « Société des Ambianceurs et des Personnes Elégantes »! « Se saper » signifie « bien s’habiller » et les sapeurs pratiquent la sapologie. Les sapeurs se distinguent par leur style extravagant, leurs pas de danse délurés, et leurs dépenses insolentes. Nombre de sapeurs vivent dans la pauvreté, mais n’hésitent pas à consommer des marques de luxe, pour la plupart occidentales. La sapologie tranche avec la situation socio-économique du Congo. Face à la corruption politique, l’analphabétisme, le chômage, le tribalisme, les guerres civiles… Ce mode de vie opulent est un escapisme, jugé détestable. Pourtant, derrière cet apparat, se cache un système de pensée.

sapeur-sape

Née au Congo Brazzaville et au Congo Kinshasa, dans les années 1960 (les « Indépendances »), la SAPE est une mode vestimentaire qui consiste d’abord à revêtir l’habit du « colon ». Ce mimétisme avait pour but de se distinguer des autres et d’affirmer sa domination sociale. L’origine de la sape demeure incertaine et controversée. D’aucuns/certains pensent qu’elle a été importée par les anciens combattants, de retour au pays après la Seconde Guerre Mondiale. D’autres affirment qu’elle s’inspire de l’aristocratie britannique ou française. Tandis que beaucoup attribuent sa paternité aux musiciens Matsoua et Niarkos. Quoi qu’il en soit, la SAPE est avant tout un vestige colonial, dont les Congolais se sont ré-appropriés les codes, afin de lui donner une autre signification. Les sapeurs s’approprient un objet de soumission et en font un symbole de liberté. Mus par un désir de visibilité, la sape leur permet de s’émanciper, de s’affranchir d’une condition sociale, de s’auto-déterminer.

Les sapeurs veulent être admirés et recherchent la distinction, qui selon Bourdieu, révèle la domination sociale. Elle se base sur l’habitus, c’est-à-dire sur les capitaux culturel, économique et social. Mais ce qui est frappant chez les sapeurs, c’est que leurs capitaux culturel, économique et social ne sont pas en adéquation! Ils sont souvent pauvres, mais dépensent des millions. En rupture avec leur milieu social, ils se ruinent, sacrifient leurs repas ou tout bien de première nécessité. Selon Baudrillard, « la consommation est une manipulation systématique des signes ». Ainsi, les sapeurs consomment pour donner du sens à leur vie.

16506819_1385803568136356_1334869403_n

Bien qu’elle paraisse superficielle, la sapologie opère comme un espace de résilience. C’est l’idée qu’il faut rester maître de soi, malgré les difficultés économiques. Par leurs couleurs chatoyantes et leurs pas de dances délurés, les sapeurs expriment leur joie de vivre. En outre, la sapologie prône l’amour de soi, et ainsi, l’amour des autres. Le sapeur est partisan de la non-violence. La sape n’est pas politique, mais elle a une dimension politique. Patrimoine culturel, elle a contribué à unir les deux Congo, divisés par des guerres civiles. Elle a concilié les ethnies congolaises, en s’imposant comme un vecteur de paix, au sein d’une société clanique.

Les sapeurs forment une contre-culture. Ils ont leur langue, leurs lieux et activités propres. On les trouve dans des clubs, des bars ou lors de grands événements. Ils organisent des duels ou des joutes oratoires, pour élire le sapeur « le mieux sapé ». Telles sont les caractéristiques idiosyncratiques du sapeur. Cependant, chaque sapeur a sa propre vision de la sape, ce qui renforce la complexité du mouvement.

16507499_1385804321469614_1831301730_n

En effet, il est difficile de définir la sape. La sape est un art, parce qu’elle nécessite un esprit créatif, faisant du corps et du vêtement une œuvre. La sape est une science, car en dépit des fantaisies, elle est régie par des règles (le respect des trois couleurs, l’usage d’accessoires…). La sape est un mode de vie : le sapeur doit avoir une hygiène irréprochable et être respectueux. D’aucuns l’élèvent au rang de religion et on trouve même les dix commandements de la sape. Enfin, la sape est une philosophie. Aux confins de l’hédonisme et de l’existentialisme, la sape affirme que le plaisir est essentiel et qu’on est libre de se définir, quelles que soient les circonstances. Personnalités iconoclastes, les sapeurs congolais sont des êtres chic et rebelles.

Pour aller plus loin, vous pouvez regarder ce documentaire  et le clip de Solange, un bel hommage aux sapeurs.

Regardez aussi ces sketchs illustrant avec humour leur vie trépidante !   

Enfin, n’hésitez pas à aller vous ambiancer au Bal des Sapeurs !

By Fia Maureen Kakou (M1)

Cet article est la synthèse d’un essai réalisé dans le cadre du cours « Textes fondamentaux » dispensé par Martine Beugnet. 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s