Quand le numérique ressuscite les morts

Le 14 décembre, Rogue One : A Star Wars Story est sorti. Le spectacle du Hit Parade quant à lui se joue jusqu’au 26 février au Palais des Congrès de Paris.

Sans titre (3).png

Le point commun entre ces deux événements ? Les deux ont fait appel aux effets spéciaux pour ressusciter des personnalités décédées pour les besoins de leur film ou de leur spectacle. Explications.

Si vous êtes allés voir Rogue One, vous aurez sans doute remarqué la présence du Général Moff Tarkin, personnage incontournable de l’Episode IV – Un Nouvel Espoir. Pour les néophytes, il est l’un des bras droits de Dark Vador et le Commandant de l’Etoile de la Mort. Rogue One étant un préquel de l’épisode IV, sa présence était, selon les studios indispensables (ou tout du moins, pour Kiri Hart la co-productrice, qui a dit que « s’il n’avait pas été dans le film, il aura fallu expliquer pourquoi il n’y était pas »). Sauf que petit bémol, l’acteur Peter Cushing est décédé en 1994. Pour le ramener à la vie, les producteurs ont donc eu recours à des effets spéciaux permettant de mapper les traits de Peter Cushing sur ceux d’un autre acteur (Guy Henry). Le Hit Parade quant à lui, est un spectacle français à l’origine du producteur David Michel (responsable notamment du Thriller Live), avec en tête d’affiche des artistes comme Dalida, Mike Brant ou encore Claude François. Des personnalités toutes aussi décédées que notre ami Peter Cushing.

sans-titre-4

Les articles déjà consacrés à ces polémiques oscillent entre deux points de vues. D’un côté, ils évoquent le côté surprenant et l’idée du « voyage dans le temps ». De l’autre, ils s’arrêtent sur les questions éthiques liées à la résurrection. Que penser ? Doit-on craindre une hausse de cette pratique, déjà souvent utilisée dans la publicité ? Et est-ce que les acteurs devraient dès maintenant penser à protéger leur image posthume à la manière de Robin Williams qui a inscrit sur son testament qu’il refusait l’utilisation de son image jusqu’au 11 août 2039 ?

1280x720-s8x
Un exemple de résurrection dans la publicité : Fernandel pour Puget

Pour les responsables comme John Knoll (le producteur de Rogue One), il ne s’agit pas d’une atteinte à la personne ni d’une macabre résurrection numérique, mais plutôt « une façon super high-tech et travaillée de faire du maquillage » en appliquant des effets visuels sur un autre acteur.

Depuis 2009, un arrêté stipule que les droits à l’image prennent fin à la mort de la personnalité et ne sont pas transmissibles (avec une toute petite exception parfois pour les ayant droits, pour les protéger a minima). Seul peut s’appliquer le préjudice moral, qui lui ne prend pas fin au décès. C’est-à-dire, si la photo ou vidéo diffusée porte un préjudice moral au défunt, alors les proches sont en droit d’attaquer le responsable en justice mais selon l’article 1382 du code civil qui stipule que : « tout fait quelconque de l’homme, qui cause à autrui un dommage, oblige celui par la faute duquel il est arrivé à le réparer ».

A l’ère du numérique et de l’accélération des innovations technologiques telles que celles-ci, on peut comprendre les craintes exprimées par rapport à la potentielle généralisation de ce procédé qui devient de plus en plus invisible (contrairement à Tron Legacy où Jeff Bridges avait été rajeuni). La loi a toujours eu du mal à trancher sur le droit des morts puisque les enjeux sont ici de les considérer ou non selon un statut identique aux vivants, ainsi que de protéger les proches des utilisations néfastes de l’image de la célébrité. Au-delà des préoccupations légales, il s’agit également de la capacité de notre société de faire face à la mort : que penser de la mortalité lorsque l’on peut ressusciter n’importe qui en effets spéciaux, ou rajeunir quelqu’un avec ces mêmes dispositifs ?

By Juliette Moreau

Cet article est la synthèse d’une revue de presse réalisée dans le cadre du cours « Initiation au droit des médias » dispensé par Cerasela Vlad. 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s