Nuit de la Poésie : un délice des sens

Dans le cadre du Festival « Paris en toutes lettres », la Maison de la Poésie s’est alliée à l’Institut du Monde Arabe, pour donner naissance à… La Nuit de la Poésie ! Celle-ci s’est tenue dans la soirée du 12 au 13 novembre, commémorant ainsi les attentats terroristes dont Paris a été victime, il y a déjà un an. Du crépuscule à l’aube, une ribambelle de poèmes ont été déclamés, notamment en hommage aux victimes du terrorisme, que ce soit en France, en Irak ou dans tout autre pays touché par ce fléau. C’est d’ailleurs Christiane Taubira, passionnée par la poésie et l’art oratoire, qui a ouvert cet évènement poétique. En effet, l’ancienne Garde des Sceaux et ministre de la justice française, est venue partager quelques poèmes.

15122989_1305891906127523_4143477847913422779_o.jpg
Ci-dessus vous pouvez admirer la brochure explicative accompagnant l’évènement

Ce fut un moment exquis célébrant la poésie et la faisant « résonner sous toutes ses formes ». Entre poèmes de slameurs et poésie des signes, poésie classique et poésie contemporaine, sans oublier la diversité des langues employées, la Nuit de la Poésie a illustré à merveille la pluralité de l’art poétique. Elle m’a permis de réaliser que la poésie ne se limite pas à l’écriture. Mais qu’elle peut aussi apparaître dans le langage des signes, à travers la saveur des sons, ou même se matérialiser sous la forme de délicieuses fragrances. Djénébou Bathily, poétesse et slameuse sourde franco-malienne, a délivré une performance poétique en langue des signes. Par ailleurs, il y avait des musiciens accompagnant les poètes de somptueuses et vibrantes mélodies, ainsi que des poètes déclamant leurs poèmes et chantant en même temps. Différents instruments de musique ont été utilisés : guitares, piano, basse, claviers, violon, violoncelle… Ou encore des instruments traditionnels comme le gumbri d’Afrique du Nord, ou l’oud, luth à manche court qu’on trouve dans les pays arabes, en Turquie, en Grèce et en Arménie.

En plus des mots, des sons et des signes, il s’avère que la poésie peut aussi être un parfum. C’est ce qu’on appelle des « poésies olfactives »: le parfumeur Jean-Christophe Hérault (IFF) a eu l’ingénieuse idée de « traduire » des poèmes en parfums. Il s’agit des poèmes de Salah Al Hamdani et de Ronny Someck. Leur rencontre a débouché sur la création d’un florilège trilingue : un recueil dont les poèmes sont en français, en arabe et en hébreu, Bagdad-Jérusalem, à la lisière de l’incendie (2012). En mixant l’odeur de la poudre de riz et du riz au lait, Hérault a traduit le poème Paradis du Riz de Ronny Someck. Ce parfum célèbre le riz, essentiel dans la cuisine arabe.

Ronny-Someck-et-Salah-al-Hamdani.jpg
Les poètes Ronny Someck et Salah Al Hamdani lors du Festival littéraire Le goût des autres du Havre.

Enfin, ce fut un plaisir d’écouter de la poésie classique, comme celle du poète palestinien Mahmoud Darwich, ou encore de la poésie contemporaine, notamment syrienne, comme celle du poète Adonis ou de la poétesse Maram Al-Masri. Pour cette vibrante soirée, l’Institut du Monde Arabe a accueilli de talentueux artistes, comme la chanteuse Camélia Jordana ou la brillante violoniste iranienne Aïda Nosrat.

En somme, la Nuit de la Poésie fut magistrale, parce qu’elle a éveillé tous nos sens : la vue, l’ouïe, l’odorat et même le goût (il ne reste plus qu’à inventer des « poésies tactiles »)… La performance théâtrale, musicale ou audiovisuelle, accompagnant la lecture de certains poèmes, a été en ce sens, particulièrement saisissante. Le poète français Charles Baudelaire parle de synesthésies, une expérience subjective au cours de laquelle différents sens sont stimulés de manière simultanée. Selon lui, avec la poésie, les sons, les couleurs et les parfums se répondent, si bien que l’expérience sensuelle nous conduit vers un monde spirituel. C’est ce qu’on éprouve après la Nuit de la Poésie : un sentiment de transcendance. On repart le cœur joyeux, vibrant de poésie et empli d’idées.

Poètes, artistes, musiciens, comédiens et politiciens se sont réunis le temps d’une soirée, et ont brillamment mariés leur arts, afin de faire de cette nuit poétique, un instant inoubliable. Un Voyage en Poésie, qui s’est effectué par la promenade des sens… Pour aboutir enfin… Vers le Monde des Idées. Sensible et sensée, la Nuit de la Poésie fut un moment de grâce, invitant à l’unité et au recueillement, se faisant message d’espoir, de liberté et de résistance.

Pour prolonger la magie, aujourd’hui c’est le dernier jour du festival Paris en toutes Lettres, plus d’infos ici !

Et si vous souhaitez en apprendre d’avantage sur la nuit de la poésie, nous vous invitons à vous rendre sur le site de l’Institut du Monde Arabe.

By Fia Maureen Kakou (M1)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s