Eclair de génie : le Château de Vincennes frappé par la foudre de ZEVS

Le street-artiste français ZEVS (prononcé zeus, comme le dieu grec) investit le Château de Vincennes avec l’exposition Noir Éclair. Un titre oxymorique, révélateur des thèmes abordés: tensions entre passé et présent, rencontre du patrimoine historique et de l’art contemporain, pouvoir et création artistique. Du donjon à la Saint-Chapelle en passant par la cour d’honneur, un éclairage fin, pertinent et critique sur le monde d’aujourd’hui.

Commissionnée par le Centre des Monuments Nationaux, l’exposition permet de découvrir le Château sous un autre angle. L’artiste réussit à faire dialoguer le monde d’hier et celui d’aujourd’hui en mettant en scène ses œuvres selon l’histoire du lieu, la détournant ou la renforçant. Une machine pour frapper une nouvelle monnaie dans la salle du trésor. Une réflexion sur le pouvoir dans la salle du trône. Les douves du donjon qui se parent de flammes. Le chemin de ronde qui scintille sous des éclairs de lumière. Des graffitis sur les murs des anciennes cellules de prisonniers. (Pas de panique, ZEVS est un adepte du reverse graffiti ou graffiti propre, les murs du Château sont donc intacts). En bref, une dialectique permanente entre le lieu et l’objet de l’exposition. On en vient à se demander qui du Château ou de l’exposition sublime l’autre.

La forteresse, qui abrite aujourd’hui les archives du Ministère de la Défense, est un haut-lieu du pouvoir français depuis le règne de Philippe Auguste. ZEVS se joue de cette notion de pouvoir. Sous son œil, le Roi Soleil prend un coup de soleil, la Cène de Léonard De Vinci se confond avec un repas à la Maison Blanche et on regarde les personnages de la Terreur se briser un par un dans un distributeur automatique.

tableau cène.png
La Cène revisitée

L’œuvre la plus puissante : une série de portraits royaux dont les visages surexposés deviennent invisibles. On reconnaît quand même François Ier et les autres, preuve de l’efficacité de la symbolique du pouvoir institutionnel. Et on peut difficilement s’empêcher d’imaginer une autre série avec les portraits des présidents de la Ve République.

ZEVS ne s’intéresse pas seulement au pouvoir institutionnel mais aussi au pouvoir économique; c’est d’ailleurs un spécialiste du détournement de logo de grandes marques. L’artiste donne le ton en habillant l’édifice moyenâgeux aux couleurs de l’exposition: un tissu noir rayé de jaunes célèbres (McDonalds, Ikea, Ferrari, …) créé spécialement pour l’occasion. Derrière une impressionnante porte en bois se trouve le magasin de la marque de luxe fictive LDV (un des nombreux hommages rendus à Léonard De Vinci qui ponctuent l’exposition). De vrais sacs en cuir, signés LVD, exposés comme dans un grand magasin. Un clin d’ œil appuyé à une célèbre marque de luxe française qui use et abuse du monogramme. Mais, Noir Éclair est une exposition qui met en lumière les tensions du monde contemporain et qui nous pousse à voir plus loin que l’image lisse et vernie des marques. Ainsi, dans l’entrebâillement d’une porte, on aperçoit le pendant sombre du luxe : les faux sacs, made in China, emballés dans du plastique et jetés par terre.

echecs.png
Jeu de pouvoir : table d’échec qui permet de jouer avec les marques

L’œuvre la plus marquante : dans l’ancienne cellule du Marquis de Sade, une table d’échec en bois dans le style du mobilier du célèbre prisonnier. Sur le damier, les pièces traditionnelles sont remplacées par des logos de marques : le roi Rolls Royce, la reine Chanel, le cheval Ferrari ou les pions Playboys. L’artiste pose la question de la relation entre marques et clients. Qui joue avec qui ? Qui a le pouvoir ?

 

 

Le petit plus de l’exposition : des médiateurs culturels présents tout au long de la visite pour expliquer et discuter des œuvres ainsi que raconter l’histoire du château, du donjon et de ses célèbres prisonniers.

Finalement, on en apprend autant sur l’histoire du Château du Vincennes que sur le monde aujourd’hui et la place de l’art et des différentes formes de pouvoir dans notre société. C’est jusqu’au 29 janvier 2017 et je ne peux que vous recommander d’y aller !

the-end
Typographie en 3D monumentale dans la nef de la Sainte-Chapelle

By Alice Huot (M1)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s