Super-héros ou mouton à cinq pattes, le project manager ?

requirements-communicationQuand j’ai démarré ma carrière dans le domaine informatique, le terme même de management de projet faisait ses débuts. Les entreprises les plus téméraires se lançaient dans la gestion de projet et se réorganisaient pour travailler et, surtout, faire travailler leurs collaborateurs en « mode projet ». Un nouveau vocabulaire faisait son apparition dans le même temps pour nommer les nouvelles activités ou tâches : suivi, gestion, planning, coûts, ressources, compte-rendu d’activité, qualité, anticipation, risques, reporting, etc. etc. Précision utile : un projet, dans le contexte des entreprises technologiques et informatisées, est un ensemble d’activités à mener sur une période déterminée, ayant un début et une fin bien définis, dans le but de créer un produit, un service ou de fournir un résultat. Ça paraît simple.

Bien entendu, toute nouvelle méthode à implémenter requiert ses acteurs du changement. Et c’est ici qu’entre en scène le (ou la) Project Manager aka PM. Tada ! Sous vos applaudissements. Merci.

Beaucoup de personnes pensent que la gestion de projet, ce n’est que … de la gestion. Pire, certains imaginent qu’avec le bon logiciel, on devient manager de projet quand l’installation est terminée. Sans vouloir être trop emphatique, il va de soi qu’être manager de projet, c’est un peu plus que cela. Et dans le monde de l’entreprise, l’expérience aidant, la nécessité de professionnaliser le rôle du manager de projet s’est confirmée et cette profession a connu un fort développement. Les plus lyriques parlent « d’une science et d’un art »… très bien. Mais en clair, ça fait quoi un project manager ?

Responsable de la réalisation d’un projet de A à Z, il/elle dirige l’équipe pour mener à terme le projet. Il/elle réalise un travail de qualité en respectant les délais et les budgets (le « on time and on budget » est le Pater Noster du PM), coordonne et suit de près le projet car il/elle a une obligation de résultat. Si si. Responsable d’une équipe pluridisciplinaire, il/elle travaille aussi avec des collaborateurs externes et des sous-traitants et doit trouver les bonnes personnes pour le bon job et veiller à ce que le travail soit fait. Il/elle informe l’équipe et le client de l’avancée du projet et trouve des solutions aux problèmes. On top, il/elle peut aussi être responsable de l’aspect financier du projet.

À ce stade, s’il n’apparaît pas évident que le project manager est responsable de son projet à tous les niveaux, cela me paraîtrait louche.

Les journées du PM obéissant à la loi d’expansion de l’Univers, pendant une grande partie de son temps, il/elle fait l’interface entre le client et l’équipe projet. Parce qu’un projet, au-delà de la définition théorique assénée au début de cet article, ce sont surtout des différences de compréhension et d’interprétation des uns et des autres qu’il faut réduire autant que possible afin d’augmenter les probabilités de réussite du projet.

Bien sûr le manager de projet possède les qualités indispensables à l’exercice (ou, en tout cas, a suivi la formation ad hoc) : ouvert aux nouvelles idées, imaginatif et capable d’expliquer ces idées à son équipe, il/elle est charismatique, méthodique et orienté vers le client. Il/elle possède de bonnes capacités de coordination, de leadership et communique facilement, par écrit ou à l’oral. À l’aise dans les présentations, les réunions de groupe, les contacts avec les collaborateurs, avec les autres chefs de projets et l’équipe de direction, il/elle sait travailler de façon autonome, définir les priorités et rester concentré(e) sur son objectif parce qu’il/elle « works well under pressure and is comfortable with change and complexity in dynamic environments » (cf. PMI). Ah, et j’allais oublier : il/elle connaît plusieurs langues. Of course.

Alors, super-héros ou mouton à 5 pattes ? Un peu les deux mon capitaine ! Parce que c’est un vrai métier, passionnant et « challenging », exigeant de grandes capacités d’adaptation, de synthèse et d’analyse, de souplesse pour appliquer de façon intelligente les méthodes et processus dans un contexte spécifique, de l’imagination et … un moral à toute épreuve.

En savoir plus : Project Management Institute (PMI)

Many people think that project management is just management. Even worse is the belief that buying the right software eliminates the need for a project manager. No wonder that studies show that only 34 percent of projects are successful! Do you know what a project manager really does? Chances are, you don’t. So learn, “everything you always wanted to know …” and more about project management, a rapidly growing profession.

 Par Valérie Egidi

Crédit photo : http://www.projectcartoon.com/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s