Stanislas Haquet : la Web Touch

jfg

Nous sommes très chanceux dans le Master IIC : nous avons eu le plaisir de recevoir Stanislas Haquet, le vice président d’Angie, une entreprise de communication éditoriale, qui est venu nous parler de son parcours et de son métier.

Diplômé d’école de commerce avec une spécialisation en communication et publicité, il a débuté sa vie professionnelle par diverses expériences, au gré de sa curiosité, notamment en animation commerciale, en conseil marketing et en relation entreprise/public. C’est grâce à cette ouverture d’esprit et à cette capacité d’adaptation qu’il a découvert la communication éditoriale, un secteur d’activité qui, je dois l’avouer, m’était totalement inconnue auparavant.

Et si, au premier abord, il est vrai que le terme semble un peu flou, il désigne finalement quelque chose de très concret : c’est tout simplement la capacité de délivrer une information précise à un public ciblé. On pourrait résumer cela par ces quelques questions : « quels sont les bons contenus pour telles ou telles audiences ? Quel format choisir en fonction des contenus ? ». Stanislas Haquet parle, lui, de « scénarisation de l’information », c’est-à-dire allier les capacités d’une agence de communication à la production de contenus (textes, vidéos, audios) sur plusieurs supports (tant télévisuel que papier ou web), ou encore “d’infotainment”, la contraction « d’information » et « d’entertainment », un peu comme ce que Le Grand Journal de Canal + peut produire.

C’est cette spécialisation qu’a choisi de suivre Angie (nommée d’après la célèbre chanson des Rolling Stones), créée il y a 25 ans, et qui compte à ce jour 120 collaborateurs pour une marge brute de 15 millions d’euros. Au départ agence de presse, cette société s’est tournée peu à peu vers la communication corporate des entreprises, en donnant une plus grande importance à la façon de délivrer un message qu’à l’aspect visuel ou qu’au design uniquement, ce qui fait d’elle une agence particulière. D’une activité éditoriale (axée sur le print), elle s’est rapidement orientée vers le Web, avant de s’interroger également sur la présence des entreprises sur les réseaux sociaux.

Et c’est tout l’intérêt de cette intervention : nous faire comprendre que rien n’est figé ni acquis, que tout est en ce moment même en train de se développer en terme d’outils de communication, et que ce seront des étudiants comme nous qui un jour penseront, feront et utiliseront ces outils de demain. Car, non contents d’avoir le bagage intellectuel et culturel nécessaire, nous utilisons les nouvelles technologies de façon presque innée ; il ne nous reste donc plus qu’à trouver la formule magique qui fera des élèves du Master I.I.C. des futurs Stanislas Haquet.

            Stanislas Haquet, vice president of the communications agency Angie, introduced us to the reality of a career in the world of editorial communications. Through his description of his broad range of professional experiences, we met someone who found success with a blend of curiosity, adaptability, and dynamism.

 

Arlette Plattner

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s