M.O.O.C – Massive Open Online Course

3d globe vector icon

Envie de se former rapidement ou de suivre les cours d’une prestigieuse université américaine tout en restant chez soi ? C’est désormais possible grâce aux M.O.O.C.s (Massive Open Online Courses). Cette semaine Elisabeth, nous a fait une présentation sur cette nouvelle tendance de l’apprentissage en ligne.

Sur le même principe que Le e-learning, les M.O.O.C.s permettent de suivre des cours sous forme de vidéos, assis tranquillement devant son écran. Un examen est ensuite proposé pour vérifier que la leçon est bien apprise. Le petit plus, c’est que chaque utilisateur peut échanger de manière collective et instantanée avec le professeur et d’autres étudiants tout au long de la formation.

Inventé en 2008 par Dave Cormier et Bryan Alexander à l’université de Manitoba au Canada, le système des M.O.O.C.s a connu une évolution très rapide aux États-Unis grâce à ses partenariats avec de prestigieuses universités américaines (c’est le cas d’Edx, partenaire d’Harvard et du M.I.T).

La plus populaire à ce jour reste Coursera avec ses trente-trois universités partenaires (dont Stanford, Princeton et Upenn) et surtout ses deux-millions-cinq-cent-milles utilisateurs. La grande diversité des cours conçus par des professeurs et leurs accès gratuits expliquent certainement ce large succès.

On pourrait cependant reprocher à ce système de manquer de légitimité. En effet, ces cours en ligne n’ont pas la même valeur diplômante que les cours donnés dans une formation académique classique malgré un contenu équivalent. C’est tout un paradoxe pour les universités américaines partenaires, qui ne peuvent pas se permettre de délivrer un diplôme gratuitement compte tenu des leurs frais d’inscriptions exorbitants. D’autres problèmes se posent également avec, d’une part, le manque de surveillance des e-learners pendant les sessions d’examens en ligne, et d’autre part, l’absence de confidentialité des données qui peuvent être rachetées par des recruteurs. Bien sûr, cela pourrait permettre dans certains cas de mettre directement en contact des employeurs potentiels avec des personnes ayant suivi les formations adéquates. Mais cela risque également de poser des questions d’éthique, à savoir : ces ventes de données ne vont-elles pas simplement servir d’alibi au site afin d’en augmenter son profit. Ici encore, la gratuité apparente n’est pas forcément synonyme de gratuité véritable (bien que, de plus en plus souvent, les utilisateurs peuvent obtenir un certificat moyennant une contribution monétaire allant de 60 à 90$).

Malgré ces faiblesses en terme d’organisation, c’est une nouvelle tendance qui voit le jour, bouleversant le fonctionnement éducatif traditionnel tout en suivant les avancées technologiques. À l’échelle internationale, les M.O.O.C.s favorisent l’apprentissage des jeunes dans les pays développés : il suffit d’avoir accès à une simple connexion internet. Les échanges interactifs entre étudiants via le peer-to-peer vont jusqu’à créer des communautés internationales d’e-learners. Le rapport entre les professeurs et les élèves, quant à lui, devient plus personnalisé et donc plus efficace en terme de progrès. Du côté des entreprises, cela peut être un gain de temps pour les salariés qui souhaitent se former sans pour autant devoir prendre un congés.

Au final, le système des M.O.O.C.s nécessite certainement encore beaucoup d’améliorations avant de pouvoir remplacer le système éducatif, mais offre sans conteste une alternative à ceux qui souhaitent apprendre.

First invented in 2008 in Canada, M.O.O.C.s – Massive Open Online Courses – have become extremely popular. By creating a series of partnerships with some of the most prestigious American universities – including Stanford, Harvard, MIT – various MOOC hosting websites allow subscribers to take online classes without fees. Courses are taught through short videos by university professors, and students are evaluated through online examinations. MOOCs generally do not move their students toward a degree, and as such critics question their value. However, some universities are now agreeing to provide a certificate of completion in exchange for a $60 – $90 fee. This new learning process is beginning to shift the educational system. People from developing countries are now offered access to “world-class” education. In terms of interaction, M.O.O.Cs generate different communities of e-learners around the world. Even though the courses do not provide a real academic compensation, the skills acquired can still be used for professional advancement.

Par Charles Dengpheng
Source de l’image http://garcya.us

Publicités

Une réflexion sur “M.O.O.C – Massive Open Online Course

  1. Marc Vernet

    Excellente présentation sur un point passionnant. Mais la question est moins de remplacer le système existant que de le compléter et de régler l’articulation entre in presentia (les étudiants dans la salle) et in absentia (les étudiants de la communauté en ligne) et donc de l’homogénéité du public (nécessaire au cours) et son hétérogénéité (nécessaire à l’éducation), sachant que tout cours gagne à avor un public physique. Marc

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s