Hey! et la Halle Saint-Pierre : un dimanche à faire froid dans le dos

ExpoHey_KateClark
Avant de devenir le musée d’Art Brut et d’Art Singulier, la Halle Saint-Pierre a abrité un marché et une école. Pourtant, le bâtiment de style Baltard, avec sa structure métallique et ses fenêtres, semblait prédestiné à devenir un lieu d’exposition. C’est en tout cas ce que je me suis dit lorsque j’ai poussé pour la première fois la porte et que j’ai remarqué la puissance avec laquelle la lumière baignait l’espace et son grand escalier en colimaçon.

Pas le temps de m’éterniser sur la luminosité. Si j’ai choisi de passer par la Halle Saint Pierre en ce dimanche après-midi, c’est surtout pour satisfaire ma curiosité bien éveillée par un poster entraperçu dans le métro et qui nous montre une tête de femme ornée de cornes de gazelle. Ou bien une antilope aux yeux de biche dont le visage nous semble bel et bien familier. De la taxidermie sur tête humaine : le ton est donné.

Pour la deuxième édition de l’exposition Modern Art & Pop Culture, la revue Hey! s’est associée à la Halle Saint Pierre pour nous présenter du dérangeant, du divertissant, du frissonnant. Et le moins que l’on puisse dire c’est que j’ai expérimenté tout un tas d’émotions en parcourant les coins et recoins de cette expo qui se tient jusqu’au 23 août.

Dans une interview donnée à France 5, Anne, la commissaire de l’exposition et co-créatrice de Hey! explique : « Nous, dans ce qu’on présente ici, il y a un vent de liberté qui n’obéit pas du tout à ce que la société nous a habitué à avaler depuis qu’on est petit » ; et il est vrai que, face à cette richesse singulière, les petits qui se trouvaient dans la Halle serraient bien fort la main des plus grands.

Derrière le rideau sombre qui délimite l’expo, les sculptures, les tableaux et les pièces sont nombreuses et complexes, chacune exprimant sous différents degrés et différentes formes l’art singulier et outsider contemporain. Pas de ligne directrice, les influences sont multiples. Elles tiennent donc de la pop (sous-)culture, expression revendiquée par ces artistes inclassables : on retrouve du cinéma, de la bande dessinée, des jouets pour enfant, de la photo, des freaks tout droit sortis du cirque.

Entre les photos de Barbie qui découpe Ken en petit morceaux dans sa cuisine en plastique, les portraits psychédéliques, les tapis de peaux d’hommes tatoués qui me regardent droit dans les yeux, les vanités à base de crânes tissés qui semblent dégouliner sur le sol, les enfants-poupées qui tournoient le regard vide au-dessus d’une momie adulte, l’automate à crâne de chevreuil enveloppé dans un manteau de fourrure et aux sabots de cheval qui, à chaque pas, gémit un faible « J’ai froid » ; j’ai été tantôt amusée, tantôt terrifiée, mais globalement envoûtée.

L’ensemble est grinçant et décalé, morbide et distrayant. La critique placée sur un ton humoristique laisse une sensation troublante. J’ai quitté l’expo avec un mélange d’angoisse et d’admiration, émue et franchement convaincue. Hey! et la Halle Saint-Pierre m’ont jetée dans la contre-culture en me montrant l’inclassable, j’en suis encore secouée.

On a sunny Sunday I went to visit the beautiful Halle Saint Pierre and the Hey! Modern Art & Pop Culture exhibit. Inspired by comics, cinema, photography and even tattoos, the eccentric and morbid pieces offer a unique take on today’s sub and counter-culture. The exhibition took me through different phases of emotion; I left in a strange state that mixed amusement and anxiety. I am still mesmerized.

Par Mélanie Relaut
Source de l’image : Google Images

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s